Belle mère envahissante – Que puis-je faire ?

Très peu de femmes semblent avoir la relation « parfaite » avec leur belle-mère. En fait, je n’ai pas encore rencontré quelqu’un qui le fait. Il y a une raison à cela. Il s’agit d’un besoin très fondamental que toutes les femmes ont. Comprendre ce besoin, peut contribuer grandement à la réussite de votre relation.

Le besoin de chaque femme

Avant d’aller trop loin, il est important que vous compreniez que votre belle-mère a ce qui est profondément enraciné dans toutes les femmes. Nous avons besoin d’amour. Comme beaucoup de femmes, cela s’est traduit par un désir d’amour inconditionnel de la part d’un homme. Le problème, c’est que nous, les femmes, nous ressentons souvent un sentiment de manque quand il s’agit de nos pères et de nos maris qui nous aiment. Les hommes adultes dans nos vies sont généralement blessés et incapables de nous donner l’amour que nous désirons vraiment. Ce qui reste, c’est un vide qui n’attend que d’être comblé.

Le Fils comble un besoin

Le Fils arrive. Il a besoin de sa mère et tant qu’il est plus jeune, son amour est inconditionnel. Avec le temps, ce garçon aimant grandit pour devenir un homme, mais votre belle-mère se retrouve avec le goût de ce que c’est vraiment que d’être aimé inconditionnellement. Elle a expérimenté de son Fils ce qu’elle n’a pas expérimenté des autres hommes. Sur le plan subconscient, leur relation est la preuve qu’elle est aimable. Après tout, elle se débat avec sa propre valeur comme n’importe quelle autre femme.

La femme en tant que menace

Faut-il s’étonner que, lorsque le Fils présente sa nouvelle épouse, celle-ci puisse être perçue comme une menace pour la relation ? La belle-mère compare la femme du Fils à elle-même. Si elle n’est pas assez forte dans sa croyance qu’elle est bien en tant que femme (et la plupart des femmes ne le sont pas), c’est une tentation de voir les défauts de la belle-fille pour qu’elle puisse se sentir bien dans sa peau.

Votre belle-mère croit qu’aucune autre femme ne peut aimer son fils comme elle. Quand son Fils est malheureux, c’est l’occasion de dire : « Je pourrais lui rendre plus heureux« . Si son Fils est heureux, elle peut être encore plus vigilante pour trouver quelque chose qui ne va pas avec l’autre femme (qui se trouve être vous !). Gardez à l’esprit qu’il s’agit d’elle, pas de vous.

Une belle-mère qui est plus loin sur le chemin de la guérison trouvera une belle-fille moins menaçante parce qu’elle sait qu’elle est aimable en tant que femme. Elle n’a pas peur de perdre l’amour de son Fils. Malheureusement, peu de femmes ont trouvé ce chemin de guérison.

Les femmes ont tendance à se mesurer aux femmes. Parfois, nous nous demandons : « Suis-je assez belle pour être aimée ? »Suis-je assez bon ? »Ai-je ce qu’il faut pour rendre un homme heureux ? » Pourquoi cette comparaison serait-elle différente dans une relation mère-fille de droit ? Dans ce cas, la belle-mère pense qu’elle a déjà prouvé qu’elle peut mieux aimer le Fils.

Où les crochets de la belle-fille entrent en jeu ? Encore une fois, il y a ce besoin de « prouver que nous sommes assez bons ». Nous sommes déclenchés parce que nous voulons toujours savoir que nous sommes une assez bonne épouse, une assez bonne femme ou une assez bonne mère. Si nous ne nous sommes pas convaincus, comment pouvons-nous être assez forts dans ce que nous sommes quand notre belle-mère vient nous voir ? Si votre mari ne vous traite pas bien, on ajoute encore plus d’huile sur le feu.

Alors, comment pouvez-vous soulager les malheurs de votre belle-mère ?

La pitié

Commencez par reconnaître que votre belle-mère a des blessures qui sont au cœur de chaque femme. La façon dont elle s’occupe de vous est un débordement de la douleur dans son propre cœur. Ces blessures la concernent et n’ont rien à voir avec vous. Il se trouve que c’est toi qui as épousé son fils.  Choisissez de traiter votre belle-mère avec douceur et respect. Elle est tout simplement une autre femme qui a du mal à accepter la valeur que la société semble avoir accordée à toutes les femmes. Elle a les mêmes besoins que vous.

Se construire

L’amour le plus fort que vous pouvez avoir, c’est quand vous aimez les autres autant que vous-même. L’amour sans amour-propre a beaucoup de crochets. Vous êtes moins vulnérable aux attaques quand vous êtes digne à vos propres yeux. Vous êtes moins susceptible de réagir négativement et moins susceptible d’être blessé par tout cela.

Renforcez votre cœur en affirmant votre propre valeur. Trouvez des moyens de développer votre estime de soi. Choisissez d’accepter que vous êtes belle. Vous êtes talentueux et vous êtes assez bon. Vous n’avez pas besoin de l’approbation de votre belle-mère pour être d’accord avec votre valeur en tant que femme ou en tant qu’épouse.

Déviez ses flèches

Si votre belle-mère lance une flèche vers vous, choisissez de ne pas prendre la flèche dans votre cœur. Si une fléchette trouve sa marque, enlevez-la doucement en vous rappelant que vous êtes OK en tant que femme. Souviens-toi, tu es aimable, belle et assez bonne pour être avec son Fils. Ne prenez pas ses blessures comme les vôtres. Plus vous êtes d’accord avec qui vous êtes, moins les problèmes de la belle-mère vous affecteront.

Restez sur vos positions

Les frontières sont beaucoup plus productives que les « lignes de guerre ». Apprenez à mettre des limites autour de vous et de votre cœur. Réfléchissez à vos limites et à la façon dont vous allez réagir d’une manière qui honore votre belle-mère tout en restant sur vos positions. Il n’y a aucune raison d’attaquer, surtout si vous vous souvenez qu’elle se sent déjà menacée par vous. Vous pouvez la traiter avec dignité et respect tout en vous assurant de ne pas vous trahir vous-même et de la façon dont vous avez choisi de vivre votre vie.

Un bon point de départ consiste à établir des limites quant à la façon dont vous êtes traité ou à affirmer votre contrôle dans des domaines liés à votre vie personnelle. Réfléchissez bien aux conséquences afin de ne pas vous laisser trébucher si votre frontière est franchie. C’est une bonne idée d’avertir votre mari que vous vous estimez suffisamment pour être fort dans les domaines qui comptent le plus. C’est VOTRE limite, mais son soutien serait le bienvenu !

S’engager à être soi-même

Ne devenez pas la femme que votre belle-mère vous accuse d’être. Apprenez à vous sentir à l’aise avec qui vous êtes vraiment. Bien sûr, cela signifie que vous acceptez est précieux et que vous avez beaucoup à offrir. Pourquoi cacher qui vous êtes vraiment ? Il est temps d’être vous-même, sans excuses.

Cela ne signifie pas qu’il faille s’exposer d’une manière qui vous ouvre la porte à la maltraitance. Cela signifie simplement « juste être vous » quand elle est autour d’elle. Cela enlève beaucoup de stress de la relation lorsque vous décidez d’être vous au lieu d’essayer d’être ce qu’elle veut. Prenez la décision de ne pas être stressé ou secoué. Votre belle-mère ne décide pas de votre valeur, alors elle ne peut pas vous atteindre à moins que vous ne la laissiez faire.

Vous avez donc maintenant des stratégies pour gérer les malheurs de la belle-mère. N’oubliez pas que le fait de séparer vos problèmes de ceux de votre belle-mère peut faciliter les luttes qui ne manqueront pas de se produire. Il n’a pas besoin d’être si dur parfois !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *